Le plus important dans un PC, ce sont ses composants électroniques : vrai ou faux ?

Ordinateurs

A découvrir aussi en vidéo :

Si vous hésitez entre un Core i7 et un Core i9 pour votre PC portable à tout faire, arrêtez-vous de suite ! Baignés par des années de comparaisons de puissance des composants, nous avons tous pris un biais qui n’a (presque) plus lieu d’être. À savoir arrêter nos choix majoritairement à la lueur des puces les plus rapides.

En préambule, précisons que les CPU, GPU et autres RAM et SSD ont toujours du sens pour les machines exigeantes, tels que les PC de joueurs, les machines de montage vidéo, etc. Mais si « plus » c’est mieux, il faut aussi prendre en compte une donne assez nouvelle : à partir d’une certaine gamme de composants et d’un certain niveau d’équipement, le monde de l’informatique a atteint ce que l’on appelle « le niveau de qualité suffisante ». Aucun PC datant de 3 ans et équipé d’un Core i7 et de 16 Go de RAM ne souffre aujourd’hui pour la moindre tâche quotidienne. Et en trois ans, les puces ont encore progressé de manière importante : les puces graphiques d’Intel de génération Xe ont quadruplé les performances graphiques en à peine deux ans !

Lire aussi : Test du Huawei MateBook X Pro 2021, un excellent PC, bien inspiré par le MacBook Pro

Alors une fois un niveau d’équipement suffisant atteint – Ryzen 5 ou 7 de génération 4000/5000 chez AMD, Core i5 i7 de 10e ou 11e génération chez Intel avec 16 Go de RAM et au moins 512 Go de SSD NVMe pour voir venir quelques années – il ne sert à rien de préférer une machine à une autre sur la seule base d’une puce marginalement plus puissante.

Non, ce qu’il va vous falloir regarder, c’est la qualité et la définition de l’écran (et la présence de technologies tactile et/ou anti-reflets), le placement et la qualité de la webcam (en haut du cadre et non en bas ou dans le clavier), le toucher du clavier (éventuellement la présence d’un pavé numérique), ou encore la qualité de la dissipation thermique. Avoir un PC performant, mais qui brûle les paumes de la main et sature vos oreilles avec des ventilateurs bruyants n’a pas beaucoup d’intérêt. Et quelle importance que la puce soit 10% plus puissante si elle draine deux fois plus vite votre batterie ? Tout est question d’équilibre.

Lire aussi : Test de l’Asus ROG Zephyrus G15, l’arme ultime pour jouer partout ne manque pas de souffle

Petit bémol cependant pour les joueurs un peu sérieux : si on peut désormais bien jouer avec les GPU intégrés aux puces AMD (Vega 6 ou 8) et Intel (Iris Xe avec 80 ou 96 EU), une puce graphique dédiée reste le must pour monter les niveaux de détails ainsi que le débit de trames. Ici, la différence entre un circuit graphique ou un autre peut bel et bien faire la différence. Mais passer d’une RTX3060 à une RTX3070 en sacrifiant des éléments de confort – notamment l’écran ou la qualité du circuit de refroidissement – n’a pas vraiment d’intérêt si vous ne jouez qu’en Full HD. Là encore, tout est question d’équilibre.


Article Originale

Article précédent
Spotify arrête la lecture aléatoire par défaut des albums à la demande d'Adele
Article suivant
WhatsApp met à jour sa politique de confidentialité en Europe après son amende de 225 millions d’euros

Related Posts

Laisser un commentaire

Menu
%d blogueurs aiment cette page :